echel 

l'Association ECHEL
Chantiers internationaux
de bénévoles

Echanges internationaux

Saeve Renouée du Japon

l'Observ@toire
du patrimoine
et du paysage
 

Boîte aux lettres
Actualités

 Renouée du Japon

Problématique

 Etude expérimentale

 Journées Techniques

 Commander les actes


Journées Techniques Nationales "Renouées"

19 & 20 juin 2002
BESANCON - MICROPOLIS


Les actes de ces journées ont été publiés en janvier 2003

Une version sur CD-Rom est disponible
(participation aux frais de 20 Euros)

Vous désirez recevoir
les actes ?

Contact : echel@wanadoo.fr

ou Imprimez et envoyez le
bulletin de commande


Extrait de l'intervention d'Annik SCHNITZLER
aux
Journées Techniques Nationales "Renouées"
Actes JTNR (ECHEL 2003), page 4

LES RENOUEES GEANTES EN EUROPE
Annik SCHNITZLER*


I. INTRODUCTION

Les renouées géantes (Fallopia japonica et F. sachalinensis) font parler d'elles depuis quelques décennies seulement, en raison de leur spectaculaire avancée dans les paysages européens, notamment dans les plaines alluviales. Ces plantes ont pour origine l'Asie (Chine, Japon, Corée, Taiwan), où elles prospèrent à une gamme d'altitudes très étendues, des plaines aux hautes montagnes volcaniques jusqu'au-delà de la limite forestière (2200 m) Leur introduction en Europe et en Amérique du Nord date du milieu du 19ième siècle Fallopia japonica a été ramenée du Japon (probablement l'île de Honshu) par plantations à partir des cultures clonées effectuées par Philippe von Siebold, entre 1825 et 1840 (Conolly, 1977). En 1847, cette plante obtenait la médaille d'or de la Société d'Agriculture et d'Horticulture d'Utrecht, en reconnaissance à sa valeur ornementale, ses propriétés mellifères et sa faculté à supporter les sols instables et toxiques (Bailey et Conolly, 2000). Quant à Fallopia sachalinensis, son introduction est de 50 ans plus récente : on la retrouve en 1864 dans le jardin botanique de St Petersbourg, où elle fut plantée vers 1855.
Depuis ces dates lointaines, les populations introduites en Europe se sont lentement développées à partir des plantations, mais aussi dans les décharges, et par propagation naturelle le long des rivières. Leur vitesse d'expansion a augmenté exponentiellement après 1930. En Europe, leur aire d'expansion est actuellement considérable : 2000 km du nord au sud et de l'est à l'ouest, de la côte atlantique à la Mer Noire, et du nord du Portugal et l'Espagne (42° N) aux côtes de Norvège et de Finlande, jusqu'à la latitude de 63° N (Conolly, 1977 ; Beerling et Woodwarth, 1994).
De plus en plus abondantes, de plus en plus agressives pour la flore autochtone, et de plus en plus difficiles à contenir, elles font maintenant l'objet de multiples travaux de recherche dans les domaines appliqué et fondamental, dans le but de tenter de limiter leur développement, voire, pour les plus optimistes, de les éradiquer. Les raisons d'un tel succès sous d'autres climats sont multiples et vont être rapidement examinées dans cet article.

II. MORPHOLOGIE
Fallopia japonica et F. sachalinensis font partie de la famille des Polygonacées, qui comprend 40 genres et 800 espèces dans le monde. Le genre Fallopia (Houtt). Ronse Decraene, remplace les dénominations précédentes de Polygonatum, et Reynoutria. Il comprend trois types biologiques : des taxons érigés, rhizomateux et perennes, des taxons lianescents perennes et des taxons lianescents annuels. Les espèces introduites en Europe sont du premier type.
L'espèce japonica comprend deux écotypes, l'un (variété japonica) géant, montant jusqu'à 1400 m d'altitude sur les montagnes japonaises, et l'autre (variété compacta) naine, se développant entre 1400 m et 2200m. Ces deux écotypes ont été introduits en Europe, mais seule la variété japonica est devenue invasive.
Le nombre chromosomique de base de Fallopia est x=11. Il existe des diploides 2n = 44 (surtout au Japon), à la différence des plants chinois ou coréens, qui sont octoploides (2n=88). F. sachalinensis est plus largement tétraploide dans son pays d'origine.

(...)

* Equipe de Phytoécologie, Université de Metz (EBSE), Campus Bridoux, Avenue du Général Delestraint, 57070 Metz. Mél : schnitz@univ-metz

Droits de reproduction reservés sous réserve de l'accord expresse de l'auteur et de la mention
Actes des
Journées Techniques Nationales "Renouées" (Association ECHEL 2002)
http://assoc.wanadoo.fr/echel

 plan du site

RETOUR
haut de page