Les origines du sel
Les types de sel

Le rôle du sel dans l'histoire

La contrebande du sel

Le commerce du sel

La Gabelle

L'exploitation du sel marin

Le sel en Franche-Comté

Les salines de Salins

Les salines d'Arc et Senans

Les croyances autour du sel
Le sel dans le monde

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour à l'aventure du sel

 

Petite histoire du sel

Au Paléolithique, l'homme trouve le sel dans la chair du gibier et du poisson dont ils se nourrissent. Les premières formes d'exploitation du sel sont apparues au Néolithique (6000 avJC.) Les archéologues ont retrouvé dans les sources à Moriez dans les Alpes de haute Provence des puits citerne constitués de baguettes de bois enfoncées à la verticale accompagnées de reste d'un clayonnage. Cette structure a été découverte à plus de 9m de profondeur, elle était destinée à recueillir l'eau salée au milieu des alluvions. Les baguettes de bois devaient éviter le comblement de la source en contenant les alluvions.

Au Néolithique, l'homme découvrant l'agriculture, il mange moins de viande et son organisme manque de sel.

Le sel est un besoin biologique et vital, d'ailleurs au Moyen-Age, les lois hollandaises condamnaient les prisonniers d'Etat à être enfermés avec une nourriture sans sel , ce qui les conduisaient à d'affreuses souffrances et à la mort. A l'âge de fer, on voit apparaître les premières techniques d'extraction minière en Autriche.

Des affleurements de couches salées ont donné naissance vers la fin de l'âge de Bronze à Marsal en Moselle à une vaste industrie du sel. Il existe des vestiges gigantesques, d'immenses dépôts parsèment le paysage sur plus de 10 km le long de la vallée. Il a été retrouvé des fragments de godets, des tessons de poteries, des restes de four.

Ces découvertes témoignent des techniques de briquetage: des godets, des batônnets et cuvettes étaient façonnés en série à la main avec de l'argile mélangée à des éléments végétaux. Les ateliers comportaient des fours de deux sortes de modèles: fours circulaires et fours en fer à cheval. L'eau salée était mise dans des cuvettes d'une vingtaine de litres de capacité. Posées sur des cales en terre, ces cuvettes étaient placées dans des fours ciculaires creusés dans le sol sur un lit de braises incandescentes. La saumure se concentre alors par l'évaporation de l'eau. La deuxième étape consistait à la cristallisation du sel. Un montage en forme de grille étaient soumis au feu allumé en dessous. Le sel se cristallisait alors dans les moules. Le pain de sel se formait et il était récupéré en brisant le godet. Les fours pouvaient être utilisés une douzaine de fois avant d'être détruits.

La technique du briquettage

A l'occasion de travaux côtier ou de grandes marées, des vestiges de fours à sel sont apparus sur la côte bretonne et morbihannaise.

 

Page suivante